Numéros

Numéro 53-54

Patricia SAJOUS, LES SÉMINAIRES 2011-2013 DE L’IRSHS. AU CARREFOUR DES TROIS « I » : IDENTITÉ, INTERDISCIPLINARITÉ, INTERPERSONNALITÉ
L’auteure de l’article présente l’origine, le contexte institutionnel et les principes d’animation du cycle de séminaires qu’elle a coordonné et animé entre 2011 et 2013 à l’Université du Havre dans le cadre du Pôle de recherches en sciences humaines et sociales. Ce cycle s’est organisé autour de trois objectifs étroitement liés : initier des recherches sur le thème de l’identité, choisi pour son aptitude à faire converger les réflexions des différentes disciplines, élaborer des outils pour une approche interdisciplinaire, et créer du lien entre les chercheurs.
Bruno LECOQUIERRE LIMITES, INTERFACES ET TERRITOIRES
L’article s’inspire des travaux récents sur les limites, qui insistent sur leur fonction générale d’interface de communication et d’échange entre des systèmes, pour inscrire cette notion dans l’espace géographique, ce qui conduit l’auteur à étudier le phénomène de la frontière, et à interroger la façon dont celle-ci définit, différencie, structure et relie des territoires et des identités. La frontière apparaît en définitive non comme une

barrière ou un lieu de relégation, mais comme une zone de contact et d’ouverture, génératrice de flux, d’échanges et de création de richesses.
Mihaela AXENTE PROCESSUS DE CONSTRUCTION TERRITORIALE ET IDENTITÉ: LE CAS DE L’ESTUAIRE DE LA SEINE
Dans une première partie introductive, sont rappelés les travaux récents en géographie qui mettent en évidence la complexité de la nature du territoire comme espace approprié par la pratique, le vécu quotidien, et par l’organisation et la réflexion politiques, articulant des dimensions matérielles et des représentations. L’article, issu d’enquêtes réalisées dans l’Estuaire de la Seine dans le cadre d’un travail de thèse, révèle à l’aide de nombreuses cartes et de graphiques, les décalages et les interactions entre les représentations des délimitations et des identités territoriales que construisent les différentes catégories d’acteurs : acteurs politiques et administratifs, concepteurs de projets de développement territorial, habitants. En conclusion, la réussite des projets territoriaux dépend non d’une impossible coïncidence des différentes représentations, mais de leur articulation et de leur enrichissement mutuel
Albert GUEISSAZ, DES IDENTITÉS COLLECTIVES AUX IDENTITÉS PERSONNELLES. RÉFLEXIONS AUTOUR DE LA CONTRIBUTION DES CAHIERS DE SOCIOLOGIE ÉCONOMIQUE ET CULTURELLE
Il s’agit de la seconde partie d’un survey des articles publiés au cours de ces trente dernières années par les Cahiers de sociologie économique et culturelle du Havre, destiné à montrer la richesse, la pertinence et l’actualité de la contribution qu’ils apportent à la compréhension de la construction des identités en situation d’interculturalité. Dans cet article, l’auteur met l’accent sur le rapport entre construction des identités collectives et construction des identités individuelles, pour des individus qui se trouvent au carrefour de plusieurs modèles culturels. L’entreprise de construction de soi mobilise cultures et identités selon des modalités très diverses, avec des résultats tantôt positifs et tantôt négatifs.
Christian CHEVANDIER, PÉTRIFIER UN STATUT, CONSOLIDER SON IDENTITÉ. LES TEXTES RÉGLEMENTAIRES ET LEUR HISTOIRE DANS LA MÉMOIRE DES GROUPES SOCIAUX ET PROFESSIONNELS
Comment l’histoire d’un statut, de son élaboration, peut-elle être appropriée par les groupes professionnels, et quels sont les effets de cette démarche identitaire? S’appuyant sur le cas de plusieurs groupes professionnels « à statut » (fonctionnaires, mineurs, cheminots, dockers, personnels hospitaliers, policiers…), l’auteur met en évidence les relations complexes voire paradoxales, et variables selon les cas, entre construction d’une identité collective, mémoire collective et histoire réelle des luttes sociales et de l’institutionnalisation d’un statut professionnel. Il fait appel pour sa démonstration à ses nombreux travaux sur l’histoire du monde ouvrier et syndical.
Isabelle MAILLOCHON ÉMERGENCE ET DÉVELOPPEMENT DES PRONOMS PERSONNELS EN FRANÇAIS : LA QUESTION DU LANGAGE ADRESSÉ A L’ENFANT
L’article a pour objet le rôle des échanges langagiers entre la mère et l’enfant dans le développement de l’usage des pronoms personnels (en français) par l’enfant, dans les premières étapes de sa production du langage. Ces échanges constituent un aspect important de la construction d’une identité personnelle. Après avoir rappelé les apports des principales théories et des principaux modèles de l’acquisition du langage chez l’enfant, l’auteure présente les résultats d’une série d’observations fines et quantifiées des échanges langagiers mère / enfant ; ceux-ci montrent l’évolution de la place des différents pronoms personnels dans le langage utilisé par l’enfant, et le rôle de support, plutôt que de modèle, que joue le langage adressé par la mère à l’enfant.
Daniel RÉGUER, POLITIQUE DE PERTE D’IDENTITÉ
Après avoir présenté les principales conceptualisations concernant la vieillesse et le vieillissement, et leur évolution, l’auteur met en discussion les politiques du vieillissement, et notamment le rôle qu’elles ont attribué au principe du « maintien à domicile le plus longtemps possible ». La déconstruction de la notion de « maintien à domicile » des personnes âgées débouche sur une réflexion sur le rôle du « domicile » comme référentiel de la construction d’une identité personnelle.
Patricia SAJOUS, Albert GUEISSAZ, Jonas PIGEON BILAN ET PERSPECTIVES DU DIALOGUE INTERDISCIPLINAIRE SUR LES PROCESSUS DE CONSTRUCTION DES IDENTITÉS
Les trois auteurs présentent ici un bilan des enseignements tirés de l’expérience du séminaire « Processus de construction des identités » qui s’est déroulé à l’ Université du Havre au cours des années universitaires 2011-2013 dans le cadre du Pôle de Recherche en Sciences Humaines et Sociales. Trois aspects sont abordés successivement : le point sur les convergences dégagées ; le recensement des pistes de recherche ; les divergences – dans ce cas, une absence de divergences qui suscite étonnement et interrogations. En conclusion, un essai d’évaluation des progrès réalisés ou à réaliser au plan des échanges interdisciplinaires.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s