Numéros

Numéro 56

Cécile VAN DE VELDE, UNE GÉNÉRATION « INDIGNÉE » ? LES JEUNES FACE A LA CRISE EN EUROPE

L’accès des jeunes européens aux marchés du travail, et plus largement, les conditions de leur insertion sociale et de leur passage à l’âge adulte, sont mis à rude épreuve par la crise, L’article montre, à partir d’enquêtes comparatives internationales (France, Grande-Bretagne, Espagne, Danemark), que le sort des jeunes est loin d’être identique d’une société à l’autre, leurs parcours étant structurés par des modèles contrastés, enracinés dans les institutions, les politiques publiques et les traditions culturelles propres à chaque pays ou région.

Eric MARLIÈRE, LES JEUNES A L’ÉPREUVE DES INSTITUTIONS LOCALES D’ENCADREMENT

Un profond sentiment d’injustice s’est développé parmi jeunes des quartiers défavorisés des grandes villes françaises ; il se manifeste aussi bien par des émeutes périodiques que par une très grande défiance par rapport au politique, aux institutions et à leurs agents locaux (policiers, travailleurs sociaux, etc.), par le développement d’idées politiques radicales, mais aussi par le découragement, le cynisme, et l’absence de projet. L’auteur montre comment ce sentiment d’injustice s’alimente d’une expérience quotidienne de la discrimination, de la stigmatisation de la religion musulmane, des rapports de violence avec la police, du poids de l’histoire migratoire de la génération précédente, et de l’absence de transmission intergénérationnelle.

François DUBET, LES ÉPREUVES DE L’INSERTION DES JEUNES. LES LIMITES DE L’IDÉE « ADÉQUATIONNISTE »

En France, la massification de l’enseignement secondaire et supérieur s’est réalisée à partir des années 1960 avec la conviction, bien ancrée dans les traditions égalitaires, méritocratiques et corporatistes de la République, que tout diplôme est le garant d’un statut professionnel correspondant. Si cette conviction « adéquationniste » a pu conserver une certaine pertinence pendant la période de forte croissance de l’économie et des emplois, il n’en va plus de même dans le contexte contemporain de la crise de l’emploi, où elle devient source d’exclusion des non diplômés, de compétition sauvage et de renforcement des inégalités.

Stéphane BEAUD, FRONTIÈRES SCOLAIRES ET FRACTURES DE LA JEUNESSE FRANÇAISE

Après avoir expliqué que la politique initiée dans les années 1980 d’amener 80% des jeunes au niveau du bac a contribué à instaurer les études longues comme norme, l’auteur montre que, triant les élèves en fonction de leur origine sociale, le système scolaire occupe une place centrale dans la reproduction sociale. Toutefois, la pratique d’activités (sport, …) peut être l’occasion de se constituer un capital de relations transférable dans le monde du travail, et facilitant l’insertion professionnelle. L’auteur explique ensuite que l’accès aux études supérieures pour les jeunes des milieux populaires est à la fois valorisant et source de contraintes auxquelles il ne leur est pas toujours aisé de se conformer. La massification de l’enseignement supérieur engendre également des contradictions et des confrontations entre plusieurs fractions de la jeunesse à l’université.

Aziz JELLAB, QUAND LE LYCÉE PROFESSIONNEL CONTRIBUE A L’ÉMERGENCE DES PROJETS CHEZ LES JEUNES. ANALYSE SOCIOLOGIQUE D’UNE MUTATION

Le lycée professionnel est souvent considéré comme une voie de relégation dans le système scolaire français, et comme un vecteur de la reproduction social des situations de domination. L’auteur, sociologue et inspecteur de l’éducation nationale, s’inscrit en faux contre ce point de vue, et s’efforce de montrer à partir d’un corpus d’entretiens, comment, à travers une pédagogie spécifique, le lycée professionnel redonne une motivation à  apprendre à des élèves en rupture plus ou moins nette avec l’école, et contribue à l’émergence chez ces jeunes de projets professionnels et d’une représentation positive de leur avenir.

Thierry DEZALAY, Albert GUEISSAZ, QUELQUES ENSEIGNEMENTS D’UNE RECHERCHE RÉALISÉE AVEC LA MISSION LOCALE DE L’AGGLOMÉRATION HAVRAISE 

Résume des principales conclusions d’une enquête de terrain auprès des conseiller-e-s de la Mission locale du Havre et auprès de jeunes suivis par cette institution qui a pour objectif d’aider les jeunes de 16 à 25 ans dans leur recherche d’une formation ou d’un emploi à construire un projet et accéder à l’autonomie. Sont mis en évidence les décalages entre l’action de la Mission locale et les situations et représentations des jeunes. Ces résultats sont complétés par un bref compte rendu des discussions qui ont eu lieu avec les personnels de la Mission locale à la suite de la présentation du rapport de recherche et du cycle de conférences sur l’insertion des jeunes.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s