Numéros

Numéro 61

Adolin Paul EGNANKOU, LES CHOIX DE PRATIQUES AGRICOLES À PARTIR DU CAS DES PAYSANS AGNI DE BETTIÉ, ADIOUKROU D’ORBAFF ET ÉBRIÉ DE SONGON-AGBAN (CÔTE D’IVOIRE)

La plupart des paysans autochtones agni de Bettié, adioukrou d’Orbaff et ébrié de Songon-Agban abandonnent à des cultivateurs allochtones et allogènes la production commerciale de vivriers à destination commerciale ou servant à l’alimentation des populations locales, pour se maintenir dans l’hévéaculture, malgré la chute des prix
du caoutchouc. L’étude montre que ces choix sont guidés par des logiques sociales qui privilégient la pratique de cultures pérennes, dont les produits sont en grande partie destinés au marché international. Plus que l’économique, ce sont des considérations socioculturelles, (les valeurs, les croyances et les représentations sociales) et relationnelles (domination sur les étrangers et les femmes, maintien dans les filets de sécurité sociale) qui influent sur ce choix de l’hévéaculture, lequel constitue l’un des principaux obstacles à l’autosuffisance alimentaire dans ces localités.

Mots-clés : aliment de base, logique sociale, socio-économie, pratique agricole, hévéaculture.

Meless Siméon AKMEL, LOGIQUES SOCIOÉCONOMIQUES ET RISQUES SANITAIRES LIÉS À LA PRODUCTION DU SAVON ARTISANAL À DAR-ES-SALAM (BOUAKÉ, CÔTE D’IVOIRE)

Les sociétés modernes africaines sont confrontées aujourd’hui au problème du chômage. En Côte d’Ivoire, malgré la croissance économique, les populations ploient sous le poids du chômage et de la pauvreté. La ville de Bouaké n’ est pas épargnée. Le cas du quartier de Dar-Es-Salam est sur ce point éloquent : les petits métiers y pullulent. Il en va ainsi de la fabrication du savon artisanal kabakrou observée dans ce quartier précaire. Notre étude (qualitative et quantitative) identifie les valeurs économiques et socioculturelles qui orientent le travail de fabrication du kabakrou. Elle décrit et analyse également les risques sanitaires entraînés par cette fabrication : conjonctivite, affections pulmonaires, arthrose. Sont enfin étudiées les stratégies thérapeutiques adoptées par les populations concernées pour tenter de recouvrir la santé. Toutefois, ces réponses à la maladie sont bien insuffisantes par rapport à ce qui serait souhaitable.

Mohamed-Amokrane ZORELI, LA KABYLIE : DON, RECIPROCITE ET RESILIENCE SYSTEMIQUE. LE RENOUVELLEMENT DES PRATIQUES

L’objet de cette contribution est de montrer qu’en Kabylie, il existe une logique d’innovation sociale et solidaire différente des logiques de solidarité occidentales. Pour ce faire, nous présenterons des pratiques qui nous ont permettrons de voir que, baignés dans une culture particulière, les acteurs de la Kabylie ont leur propre façon d’être en communion et de se solidariser avec les autres, que ceux-ci soient proches ou lointains.

Mots clés : société communautaire, binôme État/marché, crise, résilience systémique, solidarités spécifiques.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s